Biographie

BIOGRAPHIE

charles deckers

Père CHARLES DECKERS (1924 - 1994)

BIOGRAPHIE

ANECDOTES - FAITS MARQUANTS

  1. JEUNESSE
  • né le 26 décembre 1924 à Anvers (Belgique)
  • 3ième d’une famille de 9 enfants, habitent à Anvers et à Zandhoven
  • Collège Notre Dame (Jésuites) - Latin Grec;
  • en classe avec Manu Ruys (éditorialiste du journalDe Standaard)
  • s’engange pour les pauvres (article DS Manu Ruys)
  • vocation précoce de missionnaire
  • formation chez les pères blancs à Boechout pendant la guerre (sept 1942)
  • arrêté par la Gestapo pour avoir écouté la radio; se lie d’amitié avec les détenus en prison
  • octobre 1944 - son frère Henry Deckers, membre du ‘peleton universitaire’, meurt à Berendrecht en mission de reconnaissance pour les alliés canadiens
  1. PERE BLANC EN ALGERIE 1950 - 1977 (27 ANS)
  • voeux le 21 juillet 1949
  • 8 avril 1950 : ordination - première messe à Zandhoven
  • étudie l’islam et apprend l’arabe au Pisaï (Pauselijk Instituut voor de Studie van het Arabisch en de Islam) à Tunis et au IBLA (Institut des Belles-Lettres Arabes), la Manouba
  • ami du jardinier du PISAI pour apprendre la langue du peuple en arabe
  • 1950 : nommé en Algérie - travaille à la casbah d’Alger
  • aumônier d’une troupe scoute à la casbah d’Alger
  • 1955 : arrive à Tizi-Ouzou (Algérie) et apprend le berbère
  • juillet 1955 : inaugure le “Centre de Formation Professionnelle”
  • professeur d’arabe à l’école de filles de Tadmaït
  • prend la direction du “foyer des jeunes Kabyles” - maison d’accueil
  • fonde la “Bibliothèque des Jeunes”
  • fonde une équipe de foot pour les jeunes;
  • l’équipe de foot avait des maillots en couleurs du drapeau algérien; lors d’une razzia de l’armée française pendant le match, il reste auprès des jeunes algériens
  • 1963 : prend la nationalité algérienne en solidarité avec le peuple algérien
  • la Belgique ne reconnaissant pas de double nationalité à ce moment-là, pour chaque voyage en Belgique il doit faire la demande de visa auprès de l’ambassade de Belgique à Alger.
  • 1976 : expulsé de Kabylie (région Tizi-Ouzou) et plus tard d’Algérie
  1. DIRECTEUR d’EL KALIMA BRUXELLES 1977-1982 (5 ANS)
  • octobre 1977 : directeur du Centre “El Kalima” (La Parole) à Bruxelles; centre de documantation pour la sensibilisation des chrétiens belges au dialogue interreligieux avec les musulmans; également de l’aide aux migrants musulmans et médiation
  • 1980 : inspecteur de religion dans l’enseignement libre; la question des cours de religion obligatoires
  • préfère moins de structure pour le Centre El Kalima et vit en ascète dans l’appartement au grenier; héberge des sans abris
  1. YEMEN 1982-1987 (5 ANS)
  • juin 1982: mission au Yemen (Hodeidah) - professeur d’Anglais Engels aux infirmières du Catholic Relief Service;  
  • est régulièrement en contact avec des jeunes malgré l’interdiction du gouvernement
  • guide spirituel des soeurs de Mère Théresa, dans des circonstances difficiles, dans la léproserie de Ta’izz (voyage en autocar de 4 à 5 heures, chaque semaine)
  • les douaniers yéménites étonnés de rencontrer un algérien avec un nom de famille européen qui parle parfaitement l’arabe
  1. RETOUR EN ALGERIE 1987-1994 (7 ANS)
  • juillet 1987 : de retour en Algérie (Alger), recteur de la basilique Notre Dame d’Afrique.
  • enseigne le Latin à l’ université d’Alger, aumônier des soeurs Clarisses
  • en plein hiver, les Clarisses lui offrent un pull. Un jour après, il ne le porte déjà plus. Les Clarisses lui demandent ce qu’il a fait du beau pull. Il l’a donné à ‘quelqu’un qui en avait plus besoin que lui’.
  • travaille avec les jeunes dans le quartier pauvre de Bab el-Oued
  • toujours interdit de séjour en Kabylie
  • 27 décembre 1994 : gil rend visite à son collègue Jean Chevillard
  • il est assasiné dans la cour intérieure avec trois autres pères blancs: Jean Chevillard, Christian Chessel, Alain Dieulangard
  • 7 janvier 1995 : Commémoration dans la cathédrale d’Anvers
  • de jeunes délinquants de l’asbl Oikoten, en pélérinage en Algérie, connaissaient Charles
  • témoignage de la journaliste Greet De Keyser (VTM)

THEMES

  • Le fanatisme provient de la discrimination et de la misère sociale (L’heure d’aimer p 22)
  • Etre près du peuple et parler leur langue (L’heure d’aimer p 22) (Ruys)
  • S’entendait avec toutes les couches de la population(L’heure d’aimer p 21)
  • Menace de nationalisme dans le monde arabe et racisme en Europe - le dialogue interreligieux comme contrepoids
  • Défendait le statut des femmes en Kabylie
  • “Son but c’était l’éducation” (L’heure d’aimer p 25)
  • “un dévouement sans limites”

SOURCES & LIENS

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/avant-tibehirine-les-peres-de-tizi-ouzou_927051.html

http://www.cathobel.be/2018/01/29/vatican-reconnaissance-martyr-de-19-religieux-religieuses-dalgerie/ 

http://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2018-01/algerie--qui-sont-les-dix-autres-religieux-reconnus-martyrs--.html 

https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Monde/sont-19-martyrs-dAlgerie-2018-01-28-1200909392 

vidéo

https://www.delitdimages.org/moines-de-tibhirine-bientot-beatifies-video/

https://www.youtube.com/watch?time_continue=10&v=KkMrE0-OwrE

livre GEORGEON T., HENNING C., ‘Nos vies sont déjà données’, Bayard, 2018.

à commander par Amazon.fr

1994 “Pater Deckers wilde niet wijken” Gazet van Antwerpen, 30/12/1994

1994 “Dood van een bruggenbouwer” De Standaard, 30/12/1994

Les deux premiers de ces martyrs sont le Frère mariste Henri Vergès et Sœur Paul-Hélène Saint-Raymond, des petites Sœurs de l’Assomption, assassinés le 8 mai 1994 à Alger.

Six mois plus tard, le 23 octobre 1994, deux autres religieuses sont assassinées: Sœur Esther Paniagua Alonso et Sœur Caridad Alvarez Martín, religieuses augustines missionnaires espagnoles.

Le 27 décembre de la même année, quatre Pères blancs – trois Français et un Belge – sont assassinés à Tizi Ouzou: le Père Jean Chevillard, Alain Dieulangard, Christian Chessel et Charles Deckers.

Ils sont suivis le 3 septembre 1995 par deux Sœurs missionnaires de Notre-Dame des Apôtres: Sœur Angèle-Marie Littlejohn et Sœur Bibiane Leclercq.

Le 10 novembre, c’est au tour de Sœur Odette Prévost, des petites Sœurs du Sacré-Cœur, d’être tuée.

Le 21 mai 1996, sept moines cisterciens de l’abbaye Notre-Dame de l’Atlas de Tibhirine sont assassinés : le prieur Frère Christian de Chergé, Frère Luc Dochier, Frère Christophe Lebreton, Frère Michel Fleury, Frère Bruno Lemarchand, Frère Célestin Ringeard et Frère Paul Favre-Miville.

Quelques mois plus tard, le 1er août 1996, meurt le dernier de ces martyrs d’Algérie : Mgr Pierre Claverie, dominicain et évêque d’Oran.

ANNONCE BEATIFICATION JANVIER 2018

https://m.hln.be/regio/antwerpen/vermoord-toen-hij-opkwam-voor-vrouwenrechten~a6850385

http://m.nieuwsblad.be/cnt/dmf20180130_03329573

http://www.standaard.be/cnt/dmf20180130_03330480

https://www.kerknet.be/kerknet-redactie/artikel/antwerpse-pater-charles-deckers-wordt-zalig-verklaard?mobile=